Montreal Artist Feature : Dirty L00ks

EN

Get a sneak peak into the life of Emerik Derome, a prolific Montreal tattoo artist who goes by the moniker Dirty L00ks. Emerik has covered most of the artist community in Montreal, one flash at a time. Artists such as Safia Nolin, Karelle Tremblay, Badbadnotgood and Nightlovell have visited his studio for some ink. Emerik frequently does artist pop-ups in studios such as NYC’s Harworldpiglet studio and has worked alongside Carsonfoleynyc, Keegan Dakkar, Matt Carignan and Jackson Tattoos

Have a look into their world with Concrete Cat’s Dominique Montesano as we chat about life, inspiration, and the day to day of living and working in Canada’s most creative city.
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

The Concrete Cat studio is on a journey to deepen our East coast roots. We interview Montreal artists, designers, curators, stylists, and filmmakers to find out where the local artists are drawing inspiration, finding their fuel and leading in their chosen fields. To honour each feature artist CC created an Oracle pattern with colours of each artists' choice.

 Pictured/Interviewed is Montreal's tattoo artist
 Emerik Derome aka Dirty L00ks - website

 

I put designs on people's skin forever. That’s it I guess, I modify their physical appearance in a way. So they feel better in their bodies. 

Baby blue, I feel like my favourite colour used to be red for a long time, but for the past 5 years now it’s been baby blue. I could wear anything in that colour. It’s also hard to find clothing in baby blue.

You didn’t include baby blue in your palette choice. Now I can’t help but ask why? Well I don't know I'm really specific about certain things, I feel baby blue for those types of objects would be overwhelming in my space, maybe? I mean they would be nice, but I can't have everything baby blue you know? I chose colours that look like sand/dessert because of my partner Antonina (Kuntrydirt) and I’s taste. The colours remind us of the warmth when we’re stuck in the cold here. I didn’t have this love (for the desert) before. I really like dirt and sand, I like being in nature, being in the middle of nowhere in a place that’s warm, and you feeling happy because your body feels good in that space.

 
Pictured is the Oracle pattern CC made with Emerik's colours of choice. Colours are: sand, peach, rouge, watermelon, pewter, brown  

 

 

Emerik works from the comfort of his home with cats Botsman & Buckaroo

 

I was born and raised around here, a 45-minute drive from the city. I like the city a lot, especially the creative industry. The rent is cheap and that allows people to be able to work on some personal projects, such as art, and try to work on themselves. I think there aren't a lot of cities where you can do that because most of the time you have to bust your ass trying to pay rent, and you get no time for the personal stuff. Or what you really want to do with your life. This is a really nice city to explore, find your own way, find what you want to do. Except the winters suck. 

     Pictured is a Vesta vase

 

 

I'm in the plateau, I guess it’s the artist district of the city. It’s got a nice little energy around it, everyone is pretty much artsy, and it’s been like that since what like the 60s? It’s a great place to be if you want to create art, but of course the rent is more expensive here. There are other parts of the city that people need to discover other than the plateau.

 
 Pictured is an Incense + Ash
 

The little houses are sweet. Did you see my street when you came in? All the houses have colours and Duluth street has a very European feeling to it, which is very nice, especially in the summer with so many people walking around. Even though it's so packed and a lot of people live here, it’s still very calm and quiet. 

The fact that I'm in this location helps me find work, I still work from home. I've thought about getting another location, location wise I'm in the middle of the city right now.

I get a lot of clients that are not from here, and it's easy for them to come to my studio. With so many options around for tourism. That’s why I like it here, but I admit I could be a bit further away. The clients could then also explore a side of the city that they haven't seen before. 

Pictured is an Octavia Midi

 

Dom: What did you eat for breakfast?

Cafe Iso makes the best egg sandwich bagel. Even for lunch they have this turkey, brie and apple sandwich, and they're so cool. I go at least four times a week now, and they hook me up. I'm a huge fan of sandwiches, for me, it's the best meal you can have, over anything, you can give me ribs or whatever, and I'll say give me a sandwich please.

Dom: Let’s talk life in Montreal.

I'm proud of being here, the tattoo scene is a lot,  it's hard to differentiate yourself from other artists. A competition that makes it pretty motivating. It forces you to create different ideas and talk with other artists and exchange experiences. Not only for tattoo artists, but this city has many artists, we get this feeling of being in the same team while sharing similar ideas, it’s a great city for that.

Dom: I think it’s a great city to be connected with all sorts of people.

Emerik: Yeah, there's no elitism, everyone is nice.

Dom: How do you decide how a tattoo looks?

I studied graphic design for a while, and it trained my eyes. I see things in a different way now. Furthermore, I think a lot of inspiration comes from old shops, signage, and logos. I also always take photos on my phone, anything that I see. It could be a dog standing in a weird way or a dog in the back of a truck, and then I try to translate these pictures into the way that I draw. I tattoo a lot of dogs, haha.  A lot comes from images, or old t-shirts, something I've collected or bought. I’ll put my own spin on it, reshape it or mix it around. 

 

Dom: Montreal is bilingual, but not everyone living here speaks French and English.  How does it all work together?

If you don't have to work with the public, you’re okay. I think it’s easiest when you have a creator's job. Most of the time you work on your own or as long as you find ways to understand each other. That's why some people don't care. For example people that moved here a few years ago and still don't know French at all, it's because they found this specific job that allows them to just be English, or they’re an autonomous artist. What's cool is the younger generation cares a lot less about it. If we can understand each other in some sort of way, we are able to work together. Of course the older folks are always mad about this, like my parents, I get it. It’s the first language, but also this is a very international city, and we need to learn to adapt. Actually, I remember last week or two weeks ago at a bus stop I saw a sign that said you need to speak French first in public, not English. The way it was formulated was very mean towards anglophones. It was kind of weird. It doesn't make people that don't speak French want to learn, you know what I mean? Not only that, but it’s too intense sometimes. 

 

Dom: I think our generation is beginning to stop that cycle because when we look at our culture, it’s mainly being orchestrated in English, as it’s an international language. Our generation can find ways to communicate with one another, why can’t the older generations do the same?

Emerik: Yeah it’s also THE internet language, French was my first language, and then I realized I needed my English for clients/work. I know I'll reach more people this way.

Dom: I agree, learning English is not something that hurts the born and raised Quebecer like ourselves, it actually gave us more opportunities. 

There's a lot of people I look up to now that used to be clients of mine. The tattoo community here is definitely inspiring, I've learned a lot from my peers around me. Some were not tattoo artists then and now are, I see them killing the game daily. 

 

 

Dom: That is something you must see a lot of, right?

Emerik: Oh yeah, some people I used to tattoo 4 years ago, tattoo full time now, in the same way that I started. I was getting tattooed and said “oh maybe I can try to tattoo’’ and now it’s the same thing happening to me with other clients/artists. I tell them, “you got good so fast.’’ I see their work, and I'm like “damn, alright’’ Competition out there. 

Dom: That's the thing with the tattoo artists in Montreal, it's not really competition, we all want ink, there's more than enough to go around. All my personal friends that have tattooing careers are fully booked and successful. There is never a lack of people looking to get customized. Everybody supports each other too. It’s rare you see one person entirely covered by one specific artist. 

Emerik: It's definitely a great city for this kind of work, with everyone wanting to be tattooed.

I just made these wine glasses that I'm still selling with an importer called Maison Bolé. They make little wine glasses with my flashes on it. They're super sick. It's very interesting because I have only done tattooing for the past 6 years and this is the first year that my tattoos go with other projects. That is not tattoo related. Before I was just applying drawings to skin all the time, and now it's a bit of brand and design. Which I didn't expect or thought of before. I had never seen tattoo artists doing this before, except on clothing, of course. I like it because it brings out and mixes both my tattoo and graphic design sides in a way that I didn’t see coming at all. 

 

Dom: I think in a way, dirty l00ks has already formed a brand in Montreal. Realistically, you're more permanent than every other local brand, you’re on people's skin forever.

Emerik: Sometimes when I think a lot about it, I go “woah this is so weird” your design on someone's skin forever? 

Dom: Inevitably, it already does happen that you bump into people with your ink. In the future, one day, will walk in the plateau and see your tattoos on grandparents. 

Emerik: That would be sick

 

Photos shot on film by local photographer Sofie Hojabri - Streetadventures 

Interviewer: team member and junior designer Dominique Montesano

 

_________________________________________________________________________
FR

Découvrez en avant-première la vie d'Emerik Derome, un tatoueur prolifique de Montréal qui porte le surnom de Dirty L00ks. Emerik a couvert la plupart de la communauté d'artistes à Montréal, un flash à la fois. Des artistes tels que Safia Nolin, Karelle Tremblay, Badbadnotgood et Nightlovell ont visité son studio pour de l'encre. Emerik fait fréquemment des pop-ups d'artistes dans des studios tels que le studio Harworldpiglet studio de New York et a travaillé aux côtés de Carsonfoleynyc, Keegan Dakkar, Matt Carignan et Jackson Tattoos

Jetez un coup d'œil à leur monde avec Dominique Montesano de Concrete Cat alors que nous discutons de la vie, de l'inspiration et du quotidien, de la vie et du travail dans la ville la plus créative du Canada.

______________________________________________________________________________________

Concrete Cat mène des entrevues approfondies avec des artistes, designers, conservateurs, stylistes et cinéastes Montréalais. Le studio est en voyage pour approfondir nos racines de la côte Est. Découvrez où les artistes locaux puisent leur inspiration, trouvent leur carburant et dirigent.

Photo/interviewé est le tatoueur de Montréal
 Emerik Derome aka Dirty L00ks - website

 

Je mets des dessins sur la peau des gens pour toujours. C'est ça je suppose, je modifie leur apparence physique d'une certaine manière. Ainsi, ils se sentent mieux dans leur corps. Le bleu (pale), j'ai l'impression que ma couleur préférée a longtemps été le rouge mais depuis 5 ans maintenant c'est le "baby blue". Je pourrais porter n'importe quoi de cette couleur. Il est également très difficile de trouver des vêtements avec ce gout.

 

Dom: Vous n'avez pas inclus le bleu pâle dans votre choix de couleur. Maintenant, je ne peux pas m'empêcher de demander pourquoi?

 

Emerik: Eh bien, je ne sais pas, j'ai des goûts particuliers. Je pense que le bleu pâle pour ces types d'objets serait peut-être intense pour mon espace? Je veux dire qu'ils seraient bien, mais je ne peux pas avoir un espace rempli par cette couleur, tu sais? Je le préserve un peu dans mon entourage. J'ai choisi des couleurs qui ressemblent à du sable et au désert à cause de ma copine Antonina (Kuntrydirt) et de mes goûts personnelles. Les couleurs nous rappellent l’importance de chaleur lorsque nous sommes coincés dans le froid ici. Je n'avais pas cet amour (pour le désert) avant. J'aime la saleté, j'aime le sable, j'aime être dans la nature, être au milieu de nulle part dans un endroit chaud et vous vous sentez heureux parce que votre corps se sent bien dans cet espace.

 

 

Dans la photo, ont trouvent le motif qu'Emerik a choisi.
Les couleurs sont : tons de sable, pêche clair, rouge, melon, étain et le marron

 

 

 

 

Emerik travaille dans le confort de son appartement avec les deux chats: Buttsman et Buckaroo
 
 

Je suis né ici. Jeune j'étais à 45 minutes en voiture de la ville. J'aime beaucoup habiter en ville, surtout pour être à proximité de l'industrie créative. Le loyer est acceptable, dépendant du quartier, cela permet aux gens de pouvoir travailler sur des projets personnels, comme l'art, et d'essayer de travailler sur eux-mêmes. Je pense qu'il n'y a pas beaucoup de villes qui reste où qu'on peut faire ceci. La plupart du temps, il faut nous casser le cul en essayant de payer nos loyers et après ça on n'a pas le temps pour nos trucs personnels. Ou ce que nous voulons vraiment faire de nos vies. C'est une ville très agréable à explorer, pour trouver ton propre chemin, trouver ce que vous souhaitez faire. Sauf que les hivers sont nuls.

    

Je suis dans le plateau, je suppose que c'est le quartier d'artistes. Il y a une belle énergie autour, tout le monde est plutôt artistique et c'est comme ça depuis les années 60, je pense ? C'est un endroit formidable si vous travaillez dans ce domaine, mais bien sûr, le loyer est cher ici et il y a d'autres parties de la ville que les gens doivent découvrir en dehors du plateau. 

 

 

 

 Dans la photo, un vase Vesta

 

 

Dans la photo Incense + Ash
  

Les petites maisons sont adorables. Avez-vous vu ma rue quand vous êtes entré ? Toutes les maisons ont des couleurs sur la rue Duluth. Une atmosphère très européenne, ce qui est très agréable, surtout durant le temps d'été avec des gens qui se promènent en groupe. Même s'il y a tellement de monde et que beaucoup de gens vivent ici, il y a quand même des moments très calme et tranquille.

 

 

Dans la photo, Octavia Midi

 

Dom: Qu'as-tu mangé pour déjeuner?

Cafe Iso fait le meilleur sandwich/bagel aux œufs. Même pour le déjeuner, ils ont ce sandwich à la dinde, au brie et aux pommes et en plus, sont tellement cool. J'y vais au moins quatre fois par semaine et ils prennent soin de moi. Je suis un grand fan de sandwichs. Pour moi, c'est le meilleur repas qu'on puisse avoir, contre n'importe quoi, vous pouvez me donner des côtes levées ou autre et je te regarderai avec un égard, donnez-moi un sandwich s'il vous plaît. 

Dom: Parlons de la vie à Montréal. 

Je suis fier d'être à Montréal, et oui la scène de tatouage, c'est rendu beaucoup, c'est difficile de se différencier des autres artistes. Un concours qui le rend assez motivant quand même, ça oblige à créer des idées différentes, à parler avec d'autres artistes et d'échanger nos expériences. Ce n'est pas seulement comme ça pour les tatoueurs, cette ville a beaucoup d'artistes, on a ce sentiment d'être dans la même équipe. Il y a un accent sur le partage d'idées, c'est une super ville pour ça (les connexions).

 

Dom: Je pense que c'est une ville idéale pour être en contact avec toutes sortes de gens

Emerik: Ouais il n'a pas d'élitisme, tout le monde est gentil

 

J'ai étudié le graphisme pendant un certain temps et cela a formé mes yeux. Je vois les choses d'une manière différente maintenant. Je pense que beaucoup d'inspiration vient aussi des anciennes boutiques, de la signalisation et des logos. Je prends aussi toujours des photos sur mon téléphone, tout ce que je vois. Cela peut être un chien qui se tient d'une façon étrange ou un chien à l'arrière d'un camion, puis j'essaie de traduire ces images dans la façon dont je dessine. Je tatoue beaucoup de chiens haha. Beaucoup d'inspiration vient d'images, ou de vieux t-shirts, quelque chose que j'ai collectionné ou acheté. Je vais y apporter ma touche personnelle, la remodeler ou la mélanger.

 

Dom: Pas tout le monde qui habite ici parle le français et l’anglais. Comment tout cela fonctionne-t-il ensemble ?

Si vous n'avez pas à travailler avec le public, ça va. Je pense que c'est plus facile quand on a un travail de créateur. La plupart du temps, il faut travailler seul ou tant que vous trouvez des moyens de vous comprendre. C'est pourquoi certaines personnes s'en fichent, par exemple les personnes qui ont déménagé ici il y a quelques années et qui ne connaissent toujours pas le français. C'est parce qu'elles ont obtenu ce travail qui leur permet d'être simplement anglophone, ou qu'elles sont artiste. Ce qui est cool, c'est que la nouvelle génération s'en soucie beaucoup moins. Si nous pouvons nous comprendre d'une manière ou d'une autre, nous sommes capables de travailler ensemble. Bien sûr, les personnes âgées sont toujours fou de ça, comme mes parents, je comprends. C'est la première langue reconnue au Québec, mais c'est aussi une ville très internationale et nous devons apprendre à nous adapter. En fait, je me souviens que la semaine dernière, à un arrêt d’autobus, j'ai vu un panneau indiquant qu'il fallait d'abord parler français, mais la façon dont il était formulé était très méchante, viser envers les anglophones. C'était un peu bizarre. Ça ne donne pas envie aux gens qui ne parlent pas français d'apprendre, tu vois ce que je veux dire ? C'est parfois trop intense.

 

Dom: Je pense que notre génération commence à arrêter ce cycle parce que quand on regarde notre culture, elle est principalement orchestrée en anglais, car c'est une langue internationale. Notre génération peut trouver des moyens de communiquer les unes avec les autres, pourquoi les générations plus âgées ne peuvent-elles pas faire de même ?

 

Emerik: Ouais, c'est aussi LA langue d'internet, le français était ma première langue et puis j'ai réalisé que j'avais besoin de mon anglais pour les clients/le travail. Je sais que j'atteindrai plus de gens de cette façon.

 

Dom: Je suis d'accord avec toi, apprendre l'anglais n'est pas quelque chose qui blesse les québécois, la langue nous donne plus d'opportunités.

 

Emerik: Il y a beaucoup de gens que j'admire maintenant qui étaient mes clients. Ils n'étaient pas tatoueurs à l'époque et le sont présentement, je vois qu'ils réussissent et c'est beau. La communauté du tatouage ici est vraiment inspirante, j'ai beaucoup appris de mes proches autour de moi. 

 

 

Dom: C'est quelque chose que vous devez voir assez souvent, n'est-ce pas ?

Emerik: Oh ouais, certaines personnes que je tatouais il y a quatre ans, ils tatouent maintenant à plein temps, de la même manière que j'ai commencée moi-même. Je me faisais tatouer et je me disais "oh peut-être que je peux essayer de tatouer" et à présent, c'est la même chose qui m'arrive avec d'autres clients/artistes. Je leur dis, "tu es devenu bon si vite". Je vois leur travail et je me dis "putain, d'accord". Compétition là-bas.

Dom: C'est le truc avec les tatoueurs à Montréal, il n'y a vraiment pas de vraie compétition, on veut tous de l'encre, il y en a assez pour tout le monde. Tous mes amis personnels qui ont une carrière de tatoueur sont réservés d'avances et réussissent bien. Il ne manque jamais de personnes qui cherchent à se personnaliser. Tout le monde se soutient. Il est rare de voir une personne entièrement couverte par un artiste spécifique.

Emerik: C'est définitivement une ville formidable pour ce genre de travail avec tout le monde qui veut se faire tatouer.

 

Je viens de fabriquer ces verres à vin que je vends toujours avec un importateur qui s'appelle la Maison Bolé. Ils fabriquent des petits verres à vin avec mes flashs dessus. Ils sont hyper malade. C'est très intéressant, car je ne fais du tatouage que depuis six ans et c'est la première année que mes tatouages ​​vont avec d'autres projets. Ce n'est pas lié au tatouage. Avant, j'appliquais tout le temps des dessins sur la peau et maintenant, c'est un peu la marque et le design. Ce à quoi je ne m'attendais pas ou auquel je n'avais pas pensé auparavant. Je n'avais jamais vu de tatoueurs faire ça avant, sauf sur les vêtements bien sûr. Je l'aime parce qu'il fait ressortir et mélange à la fois mes côtés tatouage et graphisme d'une manière que je n'ai pas vue venir du tout.

 

 

Dom : Je pense que d'une certaine manière, dirty l00ks a déjà formé une marque à Montréal. En réalité, vous êtes plus permanent que toutes les autres marques locales, ça se trouve sur la peau des gens pour toujours.

Emerik: Parfois, quand j'y pense beaucoup, je dis « pouah, c'est tellement bizarre » ton dessin sur leurs peaux éternellement ?

Dom : Forcément, il arrive déjà que tu tombes sur des gens avec ton encre. À l'avenir, un jour, nous nous attendons à voir un grand nombre de grands-parents venant du plateau avec de l'encre à dirty l00ks

Emerik: Ce serait dingue 

 

 

Photos prises sur pellicule par la photographe locale Sofie Hojabri - Streetadventures
Interviewer : membre de l'équipe et Designer Jr Dominique Montesano